Image de l'article 'L'ortie : piqûres et cookies, par Damien Dekarz'

L'ortie : piqûres et cookies, par Damien Dekarz

Ceci n'est pas *l'ortie de A à Z*, mais on comprendra pourquoi ça pique, comment éviter les piqûres et comment l'ortie est une bonne compagne cullinaire.

Merci à Damien et David Brico ut pour le partage de leur savoir ! Cet article résume mes notes du vlog réalisé par Damien et David sur la chaîne Permaculture, agroécologie, etc.

Vous pouvez retrouver la vidéo sur YouTube.

L’origine du nom

On retrouve la même racine étymologique : urtica, ortie, ortica, ortiga, urtiga dans les différentes langues.

L’origine vient du latin Urere qui signifie ==brûler==.

En anglais, la plante est nommée Nettle qui vient de ==Needle== qui signifie aiguille.

En japonais, la plante est nommée Irkusa qui signifie littéralement ==herbe aux épines==.

Aperçu des aiguilles d’ortie
Aperçu des aiguilles d’ortie

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

Fait intéressant…

Les Wallons en Belgique nomment l’ortie le trèfle du pauvre (ou Kaloob do pauv) qui fait référence aux atouts de la plante autant pour les fourrages que l’alimentation.

L’ortie la plus connue est la grande ortie (urtica dioica), mais on trouve aussi l’ortie brûlante ou petite ortie (urtica urens).

La grande ortie est donc dioïque comme son nom l’indique, c’est-à-dire qu’on trouve des plants mâles et des plants femelles bien distincts.

Liste des plantes dioïques
Liste des plantes dioïques

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

Qu’est-ce qui pique

Les poils de l’ortie correspondent aux aiguilles qui piquent et ils sont très fragiles.

Il suffit simplement de frotter les feuilles avec des gants.

Note personnelle

Contrairement à ce que David dit dans la vidéo, le séchage n’empêche pas que les poils piquent encore.

Le lavage et la cuisson garantissent la suppression des poils urticants par contre.

Toute la plante ne pique pas uniformément.

Les points d’insertion des feuilles sont particulièrement piquants.

Aperçu zoomé de l’intersection entre la tige et les feuilles
Aperçu zoomé de l’intersection entre la tige et les feuilles

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

En général, les poils sont orientés vers le haut, donc en caressant dans le sens du poil la plante, on ne se pique pas.

Donc l’idée est de cueillir l’ortie entre 2 étages en remontant un peu.

Qu’est-ce qu’on cueille

On ne prendra pas plus de 3 niveaux de la plante.

Pourquoi ? Les fibres de la tige deviennent plus dures et la consommation est donc moins sympa.

L’exception est la jeune ortie où la tige est plutôt tendre donc on peut en ramasser plus.

Un panier rempli d’orties
Un panier rempli d’orties

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

Comment l’utiliser en cuisine

On le consomme comme un légume vert.

L’ortie jeune a un goût d’haricot vert ou d’épinard, pour certains.

L’ortie plus âgée a un goût de poisson.

La liste des plats possibles à d’ortie est très longue. Je vous donnerai juste le lien de recherche sur Google pour faire votre choix.

Note personnelle

Je consomme l’ortie principalement en soupe, en l’ajoutant en dernier avec des légumes cuits

Je la consomme aussi en infusion ; je laisse en général infusion 10 min puis je mange l’ortie. 😋

Les recettes sucrées utilisent plutôt l’ortie jeune et elle se marie très bien avec la banane et le chocolat.

Cookies « chocolat ortie »

Ingrédients

Pour 20 cookies :

  • 150 g de farine de petit épeautre
  • 70 g de beurre
  • 40 g de miel (c’est mieux que le sucre 👍)
  • 1 œuf
  • de la levure
  • 100 g de pâte de cacao pur
  • 1 poignée d’orties

Réalisation

  1. On préchauffe le four à 180 °C
  2. On fait fondre doucement le beurre
  3. On casse le chocolat en pépites
  4. On hache finement les orties
  5. On bat l’œuf avec le miel
  6. On ajoute dans l’ordre suivant les ingrédients en mélangeant entre chaque :
    • farine et levure
    • ortie
    • chocolat
  7. On malaxe la pâte jusqu’à obtenir ceci :

La pâte à cookie prête pour la confection des cookies.
La pâte à cookie prête pour la confection des cookies.

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

  1. On huile une plaque de cuisson
  2. On forme les cookies en forme de petites boules avec 2 cuillères
  3. On dispose les cookies sur la plaque
  4. On laisse cuire 15 min

Les cookies sont cuits. Dégustez sans modération.
Les cookies sont cuits. Dégustez sans modération.

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

Les fausses orties, c’est quoi

Dans la famille des lamiacées, le lamier blanc ou violet ou jaune ressemble aux orties, mais ne pique pas du tout.

Exemple de lamier blanc
Exemple de lamier blanc

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

Il y a aussi l’épiaire des bois ou l’ortie puante (stachys sylvatica) ou le galéopsis ou « ortie royale » (galeopsis tetrahit) qui ressemble à l’ortie, mais ne piquent pas non plus.

Caius Plinius, écrivain et naturaliste romain du 1er siècle, disait que les jeunes plantes piquaient, mais les plantes plus âgées ne piquaient plus.

De cela, la croyance fut qu’il y avait 2 espèces d’ortie : la piquante et la morte. Cela a perduré jusqu’au 16e siècle.

Listes des lamiacées
Listes des lamiacées

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

Ces plantes sont toutes comestibles sauf une : l’agripaume ou « ortie bleue ».

Le plus simple moyen de savoir si l’on a à faire avec une vraie ortie, c’est d’envoyer la main et de voir si ça pique. Sinon, regardez si voyez des stipules : il y en a 4 au niveau d’où partir les feuilles à partir de la tige.

Les stipules entre chaque étage de feuilles
Les stipules entre chaque étage de feuilles

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

Les lamiacées ne possèdent pas de stipules.

Pourquoi ça pique alors

Vue microscopique d’un poil urticant
Vue microscopique d’un poil urticant

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

Ils sont recouverts d’une enveloppe de silice (l’aiguille) et à la base, on trouve une ampoule d’un cocktail chimique qui est à l’origine de la douleur.

Liste des éléments chimiques dans le cocktail urticant de l’ortie
Liste des éléments chimiques dans le cocktail urticant de l’ortie

Crédits : image extraite du vlog de Damien Dekarz.

Il faut 1/10000 de grammes pour créer une réaction.

Pour information…

On retrouve les mêmes composants chimiques dans le dard d’un frelon européen.

Comment soulager ou soigner la piqûre

Le plantain lancéolé (plantago lanceolata) est bien connu pour calmer les piqûres d’ortie ou d’insectes.

L’aloe vera, le romarin, la menthe ou l’oseille et le basilic se révèlent aussi utiles pour traiter des piqûres.

L’acide rosmarinique que ces plantes contiennent est un anti-inflammatoire bien connu.

Note personnelle

Je suis d’accord avec David l’eau ne calme pas la douleur !

Vertues médicinales

J’ai déjà écrit pas mal de choses sur les propriétés médicinales dans les articles déjà disponibles : voir le tag « Ortie ».

David m’a fait connaitre l’utilisation de l’ortie par friction ou fouettement.

En théorie, la sérotonine agit en calmant, mais les effets des autres composants chimiques ne sont-ils pas supérieurs ?

A vous d’essayer ;)