Image de l'article 'La consoude, par Christophe Bernard'

La consoude, par Christophe Bernard

Très facile à cultiver au jardin, cette plante est très connue pour ses propriétés réparatrice et cicatrisante.

Merci à Christophe pour le partage de son savoir ! Cet article résume mes notes du vlog réalisé par Christophe sur sa chaîne Altheaprovence.

Vous pouvez retrouver la vidéo sur YouTube.

Pour ne pas répéter, je mettrai ici les notes complémentaires uniquement.

Au jardin

Elle aime un sol relativement riche et n’aime pas vraiment le soleil fort, comme dans le sud de la France.

On l’installera donc à mi-ombre.

Préparations

La consoude peut se préparer :

  • en cataplasme de pâte, pilonné avec de l’eau chaude (à partir de racines ou feuilles fraiches ou séchées)
  • en infusion concentrée
  • en teinture
  • en macérat huileux par intermédiaire alcoolique.

Capacité cicatrisante

Pour les os

L’usage le plus connu est la réparation des os, n’importe quel os.

Attention !

Elle aide à réparer une fracture et une fêlure plus rapidement, mais cela n’empêche pas d’aller aux urgences.

Le cataplasme de racines fraiches est la première forme d’utilisation.

Le cataplasme de feuilles fraiches est possible aussi : il faut alors les pilonner avec un peu d’eau chaude pour obtenir une pâte.

Dans le cas des racines ou feuilles sèches, on les laisse alors s’humidifier dans un peu d’eau chaude.

On appliquera le cataplasme au plus près de la blessure, donc si vous avez un plâtre, il faudra attendre qu’il soit retiré.

Il n’y a pas vraiment d’études scientifiques sur le sujet. Toutefois, la quantité d’observations positives sur cette utilisation est tellement importante que nier le contraire est juste irrationnel.

Du point de vue de l’efficacité entre les racines et les feuilles, Christope n’a pas observé de différence notable.

La différence se trouve plutôt sur le travail des racines, plus agréable, parce qu’elles n’ont pas les poils et elles contiennent plus de mucilage.

A propos des poils…

Les poils peuvent se révéler irritants chez certaines personnes, chez qui la peau va rougir.

On utilisera alors plus une infusion appliquée sur des compresses, si l’on n’a pas de racines à disposition.

Note personnelle

Christophe mentionne l’intérêt de la poudre de racine qui permet d’obtenir une pâte super rapidement.

Je pense que je vais essayer de sécher les racines. Je verrai comment les réduire en poudre afin de l’utiliser ultérieurement avec un peu d’eau chaude.

Pour les ligaments, muscles ou tendons

Par exemple, après une entorse de cheville, un déchirement d’un muscle, on appliquera en cataplasme ou compresse d’infusion concentrée 2 fois par jour pendant plusieurs jours.

Pour la peau

Pour les blessures ==en surface==, la consoude accélère la guérison.

Attention !

Des fois, la consoude agit trop rapidement. C’est pour cela que, pour les blessures profondes, ==on n’utilisera pas la consoude==, car la consoude referme la blessure en surface avant même que les couches profondes soient réparées.

Ce problème est bien connu.

Exemple d’une coupure profonde au doigt de Christophe :

  • il a trempé plusieurs fois son doigt dans une infusion concentrée de feuilles consoude.
  • très vite la coupure s’est refermée.
  • quelques jours après, une infection purulente avait fait gonfler son doigt…

Comment ça fait que la consoude est aussi efficace ?

Cela provient du fait qu’elle stimule la formation de collagène.

Et ce n’est pas seulement la présence d’allantoïne qui explique : elle contient aussi une teneur en silice intéressante, minéral aussi connu pour la production de collagène.

Je me demande si la consoude aide pour les brûlures…

Consommation de la consoude en interne

Il existe aujourd’hui des désaccords sur le sujet.

Voir les précautions dans l’autre article.

En fait, Christophe d’Altheaprovence explique pourquoi les alcaloïdes pyrrolizidiniques se trouvent au milieu du débat.

Les alcaloïdes ne sont pas toxiques : c’est la transformation par le foie de ceux-ci en dérivés pyrroliques.

Ce sont ces dérivés qui viennent détruire les veines à l’intérieur du foie !

Ceci a été démontré : voir cet article de l’office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires en Suisse ou cette étude du CNRS sur la Grande consoude.

Note personnelle

Je pense que les avantages en externe sont suffisants pour m’en tenir à cela.

Le foie est l’organe qui encaisse toute la charge toxique de notre vie. Si on le sollicite un peu plus par orgueil, les conséquences n’apparaitront que bien plus tard…

C’est d’autant plus vrai pour les jeunes enfants ou les femmes enceintes.

On peut remplacer la consoude en interne par le souci (Calendula officinale).

Attention aux hybrides

Le consoude de Russie (symphytum x uplandicum) contient beaucoup plus d’alcaloïdes.

Mais la peau transmet-elle les alcaloïdes dans le sang ?

Non, la pénétration est très très faible, surtout qu’on ne casse pas un os tous les jours !

Si vous aimez cet article, pensez à souscrire à mon bulletin d’informations :)